Déc 13 2015

Et si j’accouchais chez moi

Aujourd’hui j’ai eu envie de vous parler de mes accouchements :
celui de Mister K et Mister D .

En 2008 , je suis sur la fin de ma grossesse. J’attends Mister K qui se fait attendre.Nous sommes le jour du terme. Ca y est, Mister K a décidé de nous faire plaisir et d’enfin nous montrer son bout de nez.

Je fissure tranquillement la poche des eaux chez moi. Le travail commence, les premières contractions sont largement gérables. Je me fais une petite douche. J’avais envie de sentir tout bon pour mon petit homme. Au bout de 30 minutes, elles s’intensifient et se rapprochent de plus en plus. Je reste à gérer ma douleur chez moi avec mon mari pendant 2 heures. Puis je décide que cela devient de moins en moins gérable.

Nous partons à la maternité.  Arrivée la bas , une gentille sage-femme me demande si c ‘est mon premier. Je lui dis : « que oui ».

Elle me dit:   « on a le temps ».

Elle prend son temps et m’installe dans une salle pour m’examiner. Elle me fait poireauter 10 minutes puis enfin elle regarde où en ait le travail.

Et là, je me souviendrai de son visage me disant: « il va falloir descendre en salle car vous êtes presque à complète« . Elle appelle la salle de travail pour pouvoir m’emmener mais pas de place.

Je lui dis: « qu’il est hors de question que j’accouche dans le couloir ».

Ils arrivent à me trouver une place. Je demande si je peux avoir la péridurale. Ils me disent: « si on a le temps, pas de soucis ». L’anesthésiste arrive, pose la péridurale et sur la fin je lui dis d’appeler la sage femme : Mister K venait de s’engager.

Il me regarde et me dit: « je vais vous injecter le produit en direct pour que l’effet soit plus rapide ».

Merci à lui, cela a bien fonctionné. Si mon fils n’avait pas eu un cordon trop court, il aurait été là très rapidement.

P1040535

Nous sommes en 2015 , le jour de la fête de la musique. J’attends Mister D. Nous venons de rentrer d’un anniversaire d’une copine de classe de Mister K. Je me sens fatiguée et nous préférons rester à la maison au lieu de sortir pour la fête de la musique.

Dans la nuit, je ressens des contractions gênantes mais pas douloureuses. J’ai l’impression que j’ai fissuré la poche des eaux mais je n ‘en suis pas sure. Du coup, j’attends un peu. Puis oui le verdict tombe , j ‘ai bien l’impression que la poche est fissurée.Je ne m’y attendais pas.

Il est trop tôt. Je suis à 36+1 .

Je prends une douche. J’appelle ma sœur qui viendra à ma rescousse pour les enfants. Je ne pourrais jamais autant la remercier car elle a très bien pris soin de nos deux loustics qui ont passé une journée avec leur tata avec beaucoup de surprises.

Arrivée à la maternité, je leur explique que j’ ai rompu la poche des eaux et que j’ai quelques contractions qui peuvent être rapprochées puis disparaître.Elle m’ ausculte et me dit que je ne suis ouverte qu’à deux doigts. Je m’en doutais bien mais pas le choix de venir avec la poche des eaux rompue. Je passe une journée avec quelques contractions.Les sages-femmes m’expliquent que je peux rester comme ça pendant 3 jours car je ne suis pas à terme. Je prends mon mal en patience.

Je suis en train de prendre le repas du soir tranquillement dans ma chambre. Mon homme va bientôt partir pour récupérer les enfants. Et là, je ressens des contractions beaucoup plus puissantes. Je demande à mon homme d’attendre un peu car j’ai un pressentiment. Je ressens deux ou trois contractions très fortes. J’ai du mal à gérer. La douleur est vraiment très forte.

J’appelle l’infirmière pour qu’elle demande à la sage-femme de m’ausculter .

Elle arrive et me dit:  « je ne pense pas que ça sert à quelques choses , c’est un peu tôt ».

Je lui dit que:  « je préfère quand même car la douleur et vraiment très forte ». Un sage femme homme arrive. J’arrive à peine à m’allonger sur le lit. Il m’ausculte et  je vois son visage se fermer. Je me dis : « je pense que je vais pouvoir descendre en salle.Cela doit être bon ». Mais je ne pensais pas qu’il allait m’annoncer que j’étais à dilatation complète et qu’il ne savait pas s’ il allait avoir le temps de me descendre en salle.

Je panique.

Je lui dis:  « mais je vais avoir le temps d’avoir la péridurale ».  Il a été sincère et m’ a dit que non. Le bébé était déjà là. Je suis à peine arrivée en salle.

J ‘ai poussé quatre fois et Mister D était là.

IMG_6212

Depuis ce jour , je n’arrête pas de penser et repenser.

Si j’avais été à terme :  est-ce-que j’aurais eu le temps d’aller jusqu’à la maternité ?

J’aurais accouché chez moi toute seule. Cette peur m’envahit à chaque fois que je pense à :

« si on avait un autre enfant. »

Même si ce n’est pas à l’ordre du jour, cette peur me freine. C’ est vrai que peut-être certaines d’entre vous pensent que c’est une chance d’accoucher rapidement. Car peut-être avez-vous vécu des accouchements très longs. Mais le problème d’accoucher rapidement et que nous n’avons pas le temps de se préparer à la douleur. Les contactions sont à leur maximum dès le début et la gestion de cette douleur est plus difficile.

Je suis admirative devant ces femmes qui accouche sans qu’ on est l’impression qu’elle ait mal. Elles arrivent à respirer tranquillement , ne pas être crispé. Elles ont surement réussi au fil des heures à gérer cela. Au fur et à mesure que la douleur augmentait , elle s’adaptait. Moi je n’ai jamais eu le temps. Les contractions étaient directement au plus haut. J ai tout fait pour essayer de gérer cette douleur mais je n’ai jamais réussi à mettre en pratique mes cours de préparation.

Tout est allé si vite.

J’arrête pas de m’imaginer seul chez moi avec les grands et personne pour m’aider.

Et vous, comment s’est passé votre accouchement? Long, rapide ? Avez-vous une appréhension pour une prochaine grossesse ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

(2 commentaires)

2 pings

  1. Oh les frayeurs que tu as du avoir ! Moi j’avais comme pour toi fissuré la poche des eaux. Et j’ai du rester toute une journée au CHU à attendre que ça avance. J’avais quelques contractions régulières douloureuses mais supportables. Et puis on m’a dit qu’on allait me déclencher le lendemain. Et au final, ma puce est née à 6h sans déclenchement. Et sans douleurs car j’ai eu droit à la péridurale. Tout l’inverse de toi finalement.

    1. on peut pas prévoir notre accouchement car il y aura toujours des choses imprévues.On essaye d’imaginer quelque chose mais pour ma part rien ne s’est jamais passé comme prévu mais au final je ne retiens que la fin mes petits amours avec leur doux visages…

  1. […] Je décide du coup de dormir en attendant. Mais impossible, je ne pense qu’à cette naissance. je suis à l’affût de la moindre douleur. Je ne souhaite pas revivre l’accouchement que j’ai eu pour Mister D ( vous pouvez le découvrir ici). […]

  2. […] moment que l’on ne peut pas prévoir. On ne sait jamais comment cela va se passer ( regarder mon expèrience différente avec Mister D et celle avec Miss […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Floating Social Media Icons by Acurax Wordpress Designers